• En effet, la création de ce blog avait pour but de créer un site sur Elvis.

    Mais ne répondant pas à mes attentes, je n'alimenterai ce blog qu'en texte uniquement.

    Si vous souhaité voir les articles finis, il vous faut vous rendre :

    http://www.elvis-presley-chronicle.com

    A trés vite, pour de nouvelles aventures.


    1 commentaire



  • The 31th December 1970
    By Laurens Sébastien-Philippe

     

     

    Elvis Aaron PRESLEY s'est rendu ce jour à la Maison-Blanche, pour y recevoir le « Narcotics Agent Badge » des mains du 37éme Président des Etats-Unis Richard NIXON. Comment cette rencontre c'est elle préparé ?

     

    Cette rencontre est à l'initiative d'Elvis, qui la veille, le 19 décembre, avait tenté du lui rendre une première visite, mais pour des raisons de santé, il du y renoncer et retourna à Memphis.

     

    Mais Elvis ne change pas d'avis arrivé à Memphis, et reprend l'avion accompagné de Jerry SHILLING et du Sénateur californien George MURPHY. Durant le vol, Elvis rédige cette lettre, pour motiver sa visite auprès du Président :

           « Cher M. le Président, 

    Avant tout, j'aimerais me présenter. Je suis Elvis Presley, et j'ai une grande admiration pour vous, et un grand respect pour ce que vous faites. J'ai parlé avec le vice-président Agnew, à Palm Springs, il y a trois semaines.

    Je lui exprimais mes sentiments pour notre pays. Le monde de la drogue, les hippies, les gauchistes, les Blacks Panthers, etc., ne me considèrent pas comme leur ennemi, ni comme faisant partie du pouvoir établi.

    En ce qui me concerne, je me sens Américain est suis fier de l'être. Monsieur, je peux et je voudrais aider le pays à s'en sortir. Donc, je ne souhaite ni titre honorifique, ni rémunération. Je serais plus efficace en étant nommé agent fédéral avec le maximum de pouvoirs, je pourrais faire mon devoir à ma manière en utilisant la faculté de pouvoir communiquer avec les gens de tous âges. D'abord, et avant tout, je suis un homme de spectacle, mais ce dont j'ai besoin, c'est du titre fédéral.

    Je suis dans cet avion avec le Sénateur George Murphy, nous avons discuté des problèmes que le pays rencontre actuellement. Monsieur, je serais au Washington hôtel, chambres 505-506-507. Deux hommes travaillant pour moi m'accompagnent, il s'agit de Jerry Shilling et Sonny West. Je suis descendu sous le nom de Jon Burrows. Je resterai le temps nécessaire pour obtenir le badge d'agent fédéral.

    J'ai fait une étude approfondie sur les abus de drogue et la technique du lavage de cerveau des communistes, je suis bien au courant de tout cela, je pourrai donc agir au mieux.

    Je suis heureux d'apporter mon aide à partir du moment où tout cela reste privé. Vous pouvez dire à vos collaborateurs de me téléphoner à tout moment, aujourd'hui, ce soir ou demain. J'ai été nommé au début de l'année comme l'un des dix jeunes hommes américains les plus représentatifs ; La cérémonie se déroula dans ma ville de Memphis, Tennessee. Je vous envoie une courte autobiographie sur moi, ainsi vous comprendrez mieux mon approche. J'aimerais vous rencontrer juste pour vous saluer, si vous n'êtes pas trop occupé.

    Respectueusement.

     

     

     

    P. S. : Je crois que vous aussi,  Monsieur, avez été l'un des dix hommes les plus représentatifs d'Amérique. J'ai un cadeau personnel que j'aimerais vous offrir, je le garderai jusqu'au moment où vous pourrez l'accepter.

    »

     

    Elvis se rendra dés sa descente d'avion, le lundi 21 décembre 1950, à la Maison-Blanche, pour y déposer la lettre, avec la mention Privé et Confidentiel, et regagne son hôtel, dans l'attente de la réponse. Sonny WEST rejoint Elvis et Jerry SHILLING.

     

    Le FBI représenté par John FINLATOR appelle Elvis et lui précise qu'il recevra un Badge à titre honorifique, Elvis fut déçu car il voulait un vrai, mais les lois fédérales régissant le Bureau des Narcotiques, interdisait de donner un insigne à un civil.

     

    La Maison-Blanche informa Elvis que le Président Richard NIXON, le recevra ce jour à 12.30 P.M. Elvis, Sonny et Jerry se rendent à la Maison-Blanche, Elvis rentre seul d'abord dans le Bureau Ovale, il offre au Président un cadeau de grande valeur, un Colt 45, plaqué or, de la Seconde Guerre Mondiale. Elvis et le Président discutent des problèmes de la drogue, et le Président NIXON conçoit de remettre très officiellement le « Narcotics Agent Badge » à Elvis.

     

    Elvis explique au Président que ses hommes Sonny WEST et Jerry SHILLING attende dans le bureau da côté, et qu'ils souhaitent le rencontrer, ils rejoignent Elvis et le président.

     

    Après une séance photo historique, Elvis Presley quitte le Bureau Ovale de la Maison-Blanche, avec un nouveau badge à insérer dans sa collection privée.

     

    Quelques temps après l'audience accordée par le 37éme Président des Etats-Unis Richard NIXON, Elvis a reçu en remerciement cette lettre :

    «

    The White House,
    Washington D. C.

     

    31 Décembre 1970,

     

    Cher M. Presley,

    Ce fut un très grand plaisir pour moi de vous avoir rencontré récemment dans mon bureau, et j'aimerais vous dire  encore une fois combien j'ai apprécié votre prévenance et de m'avoir offert ce Colt 45, dans son coffret en bois, en souvenir de la dernière guerre mondiale. 

    Ce fut très aimable de votre part de m'avoir fait ce cadeau, et de m'avoir remis vos photos de famille, je me réjouis de pouvoir les garder en souvenir.

    Avec mes meilleurs vœux pour vous, Madame Presley et votre fille Lisa, pour une bonne et paisible année 1971.

    Sincèrement,

     

    »

     


    5 commentaires
  • <st1:date month="1" day="16" year="1971" w:st="on">The 16th January 1971</st1:date>
    By Laurens Sébastien-Philippe

     

     


     

    Elvis Aaron PRESLEY est sélectionnée par l'United States Junior Chamber of Commerce (Jeune Chambre de Commerce des Etats-Unis) comme l'un des «Dix Jeunes Hommes remarquable du pays ».

     

    Cette très prestigieuse distinction est attribuée à des médecins, des avocats, des ambassadeurs, des membres du gouvernement, des militants, des éducateurs, des professeurs et des artistes. Elles concernent des hommes de moins de 35 ans qui ont réussi dans leur domaine, ont montré leur esprit civique de déployé des efforts humanitaires.

    <o:p> </o:p>

    Pour un homme sévèrement critiqué à ses débuts, conscient de ses humbles l'origine, on peut imaginer la signification de cette reconnaissance officielle par les détenteurs des valeurs reconnues. Aujourd'hui, les femmes font partie des Jaycees et sont donc également éligibles pour cette distinction devenue les « Dix jeunes Américain remarquables ».Parmi les précédents lauréats, citons, on trouve : Howard Hugues,  John F. Kennedy, Robert F. Kennedy, Richard Nixon, Orson Welles, Henri Kissinger.

     

    Elvis reçoit dans l'après midi du 16 Janvier 1971, les 9 lauréats du prix « Jaycees » et leurs familles, dans sa propriété de Memphis, Graceland, pour un cocktail, avec une visite de l'illustre demeure.

    A la fin de la journée, les lauréats et leurs familles sont conduits au Restaurant Four Flames, un endroit chic de Memphis, ou Elvis et Priscilla les rejoignent en toute discrétion. Ils dînent tous dans le salon privé du restaurant, avec un menu composé de Chateaubriand, pommes de terre farcies, salades et un exquis dessert aux cerises.

    Après la réception, les lauréats sont conduits en limousines sous l'escorte motorisée du Shérif du District de Shelby, Bill Morris (ancien président du jury des Jaycees) vers le lieu de la cérémonie, à savoir, l'Ellis Auditorium de Memphis.

     

     

    Le Président des Etats-Unis, Richard Nixon aurai du être le maître de cérémonie, mais il est retenus pour d'autres obligations officielles.La salle est fascinée, l'enfant chéri de la ville y présent en personne pour recevoir son prix. Lorsque le président du jury appelle Elvis à la tribune, la salle entière se lève et lui fait une ovation. Elvis portant un élégant costume bleu foncé, à grand col, se lève et d'un pas rapide rejoint le président sur le podium, ce dernier lui remet son prix, ainsi qu'une médaille qui lui passe autour du cou, Elvis visiblement ému s'approche du microphone :

    <o:p> </o:p>

           « Je voudrai vous dire que j'ai toujours été un rêveur. Lorsque j'étais jeune je lisais de bandes dessinées et j'étais un héros de bandes dessinées. Je regardais un film et j'étais le héros du film. Et ainsi chaque rêve que j'ai fait un jour s'est réalisé des centaines de fois, aujourd'hui. »

    <o:p> </o:p>

    Et se tournant vers les autres lauréats, il continue :

    <o:p> </o:p>

           « Ces gens sont des êtres qui se font du souci pour nous.

    Ils sont très dévoués. Si vous réaliser qu'il est possible qu'ils construisent une société paradisiaque, ce n'est pas être éloigné de la réalité.

    J'aimerais vous dire aussi cette ritournelle que j'ai appris très tôt dans la vie :

    « Sans chanson une journée ne se termine jamais ; sans chanson, à n'en a pas d'amis ; sans chanson, la route paraît interminable ».

    Aussi, et c'est pourquoi, je continuerai toujours à chanter ma chanson, pour vous et pour moi. Bonsoir. »

    <o:p> </o:p>

    La salle vibre à nouveau, à la fin de ce discours de 44 secondes à l'image d'Elvis, parfait, à la fois modeste, humble et rassurant, tout en rapportant un succés triomphal sur l'auditoire. Elvis est sincèrement touché d'être ainsi honoré du titre de l'un des 10 jeunes citoyens américains les plus méritants pour 1970.

     

     

    Lien vers la vidéo

    <o:p> </o:p>


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires